Une Europe sans champion du numérique ?

Le 23/05/2019 - 00h00

A l’approche des élections européennes, agissons !

A l’approche des élections européennes, agissons !

Depuis octobre 2018, l’Institut G9+, en partenariat avec Croissance +, Roland Berger et la BPI s’est mobilisé pour pour faire s’exprimer les actions dans lesquels français et allemands souhaitaient s’engager pour faire émerger des champions du numérique européens. Avec 43 000 contributions, 63 000 votes et 505 propositions recueillis, l’intérêt des citoyens pour ces questions a dépassé les attentes et rappelé du même coup l’importance de placer ces questions au cœur des débats sur l’avenir de l’Union européenne. 

Cette consultation a permis de faire émerger nombre d’idée-force, dont nous pouvons retenir : 

1 - Qu’il est urgent d’inventer un modèle de société et une culture commune, à l’ère du numérique, dont le prometteur passeport européen numérique pourrait être la première impulsion. 

2 - Que l’Europe doit devenir un terrain de jeu favorable pour nos futurs champions du numérique, même si cela doit passer par l’émergence d’un paradis administratif européen.

3 - Que la bataille numérique se gagne dès l’école, qu’en conséquence des efforts doivent être entrepris dans le soutien à l’autoformation, les visites d’entreprises innovantes ou encore le développement et la valorisation des offres de formations numériques. 

4 - Que l’Europe doit mieux protéger son industrie numérique, en imaginant notamment des incitations fiscales et sociales capables d’accompagner la croissance du secteur, un système de labélisation encore mécanisme d’incitation à l’achat.

5 - Qu’il est nécessaire d’investir plus de fonds publics et privés européens dans la Tech.

Mais notre effort de recherche et de proposition ne s’est pas arrêté là. Dans les mois suivant, la suite de nos travaux s’est intéressée à comprendre quelles différences et quelles similitudes pouvaient exister avec nos voisins : les citoyens allemands. 20 des meilleures propositions qui exprimaient au mieux ces 5 grands axes pour relancer l’Europe du numérique ont été soumises au vote des citoyens outre-Rhin. Et les résultats sont édifiants. 

Les propositions françaises les plus soutenues ont massivement convaincu les votants allemands, allant parfois jusqu’à dépasser les scores d’origine, avec des taux d’adhésion souvent proches de 80%. En découle plusieurs enseignements qu’il est primordial d’intégrer. Déjà, tout comme les Français, les citoyens Allemands mettent aussi en avant l’impérieuse nécessité de conserver la main sur la régulation du numérique et de faire de l’Europe un terrain de jeu favorable pour les acteurs européens. Nos voisins outre-Rhin ont aussi à cœur l’importance de l’enseignement du numérique à l’école et tout comme nos concitoyens, ils ont réaffirmé la nécessité de protéger les acteurs européens du secteur et d’investir plus fortement dans l’innovation.

Finalement, ne s’agit pas là d’une preuve par les faits de l’existence d’une dorsale franco-européenne autour de valeurs et d’envies communes ? Cet alignement des citoyens français et allemands est une opportunité, la promesse d’un terreau favorable à des rapprochements et des expérimentations pour permettre à nos champions du numérique de prendre leur envol. 

La 3ème manche post plateforme de la grande bataille du numérique ne fait que commencer.

Le G9+ ainsi que de nombreux acteurs socio-économiques sont fortement engagés dans ce combat. Nos gouvernements doivent désormais prendre leurs responsabilités et incarner l’ambition qu’ont en partage nombre de citoyens européens, celle d’une souveraineté numérique européenne, porteuse de croissance et d’emplois, emmenée par des champions continentaux. Les esprits sont murs, la conscience que le terrain de jeu du numérique n’est plus national mais européen devient d’une clarté évidente.

Luc Bretones

Président de l’Institut G9+

(Cet article a été publié dans La Tribune le 24 mai 2019)